mercredi 17 avril 2019

5 ONDINE, le grand tournant.

CHU de Poitiers

Après tous ces examens toujours effectués en clinique et pour la énième fois je refais un malaise en avril 2015, je demande aux pompiers de me conduire au CHU, ce qui est fait. Il va être diagnostiqué une exacerbation de BPCO sur une surinfection bronchique. Après un traitement de 7 jours je rentre à la maison.
Dans la nuit du 8 au 9 mai 2015, je refais un malaise, à l'arrivée des pompiers je suis intransportable, en détresse respiratoire, le samu intervient pour me stabiliser avant mon hospitalisation. Hospitalisé en pneumologie du 9 au 15 mai, on élimine l'embolie pulmonaire et toutes les traces d'infection, mais devant l'insistance de l'hypercapnie il est décidé de me transférer en réanimation.
J'entre donc en soins intensifs le 15 mai et subis différents examens et interrogatoires pour essayer d'identifier le mal qui me ronge, le 17 mai le Professeur vient me dire que mon cas est grave et il m'informe de la difficulté à identifier la source, il m'explique que tout peut arriver d'un instant à l'autre, bizarrement cette information ne me perturbe pas outre mesure. L'après midi, Marie entre dans la chambre, elle est souriante, je pense qu'elle n'est pas informée et je m'en réjoui, mais au moment de m'embrasser, elle s'effondre en larmes en me suppliant de ne pas mourir, de ne pas la laisser. Je lui fait la promesse de ne pas la laisser et je jure de me battre pour vivre. Le lendemain Marie vient et me laisse un ordinateur portable qu'elle a acquis le matin, elle a pris une liaison internet pour 10 jours, je fais la mise en route de l'ordinateur et j'installe Skype pour pouvoir communiquer à tout moment, à partir de ce moment tant que Marie ne sera pas à l'hôpital nous seront en communication vidéo.
Coté médical les examens, scanners et IRM se suivent et ne permettent toujours pas d'identifier le mal qui conduit à la détresse respiratoire, je passe par une phase dépressive et d'angoisse qui vire à la terreur, heureusement après avoir réussi à en parler, je retrouve mon calme et ma séreinité.
Le 21 mai, Marie est dans ma chambre, nous parlons gentiment, tout à coup plus rien, je suis dans un environnement lumineux et pur, comme dans un tuyau d'aspiration, mon corps prend de la vitesse, il se déplace à très vive allure, des voix me parviennent, elles me sont familières, douces et pleines d'amour elles m'invitent, « ne craint rien, tu seras bien avec nous, » Il fait bon, je me sens bien c'est très agréable, mais, Marie ! Non ce n'est pas possible je ne peux pas la laisser, je ne veux pas la laisser, elle ne mérite pas ça, je le dis, je crois même que je le crie. Alors toute les voix qui m'invitaient, et à l'unisson me crient. « respire, respire ! »
Mes yeux s'ouvrent, je vois un mur, puis le mur s'éloigne et je commence à distinguer ma chambre, mes mains sont entravées au lit, j'entends un souffle régulier près de moi, j'ai des choses dans la bouche. Médecins et infirmières entrent dans la chambre, je viens d'être intubé et mis sous ventilation, j'ai les mains entravées provisoirement pour éviter que dans un geste inconscient j'arrache les tubes d'intubation, je serai libéré de mes entraves le lendemain matin.
Le lendemain de mon intubation


16 commentaires:

  1. Je reste sans voix enfin je ne sais quoi mettre en commentaires!
    sauf que l'amour peut parfois sauver...

    RépondreSupprimer
  2. Si cierto Maria
    solo digo gracias por compartir
    Besos

    RépondreSupprimer
  3. Je te lis et je frissonne. Tu as passé tout près de la mort et pourtant, l'amour t'a ramené à la vie. C'est beau cet amour-là, qui transcende les événements, qui relie pour l'éternité, qui ramène à la vie. Bises alpines émues.

    RépondreSupprimer
  4. Toujours impressionnant, une NDE ...
    J'en ai aussi des souvenirs extrêmement précis.
    Première fois que je te vois "en vrai" : j'enregistre ta photo avec celle de marie que j'avais déjà ;-)

    "" Bon jeudi, toujours très doux, on se régale ...
    Le moral revient doucement avec le soleil ☼
    Les douleurs dorsales et des yeux s'atténuent avec l'utilisation modérée du PC.
    Que demander de plus ?
    Gros bisoux ♥ ""

    RépondreSupprimer
  5. Impressionnant tout ça et pas evident à vivre ..La force de l'amour peut soulever des montagnes
    Bonne journée Claude

    RépondreSupprimer
  6. "après avoir réussi à en parler, je retrouve mon calme" : En parler, oui, verbaliser est essentiel. je l'ai vécu aussi. Bravo pour ce témoignage.

    RépondreSupprimer
  7. Quelle émotion à la lecture de ton texte!
    Merci pour ce partage émouvant :)
    Amic@lement

    RépondreSupprimer
  8. Je suppose que tu as vécu une expérience de mort imminente, , c'est incroyable, et miraculeux, c'est un récit que l'on a entendu mais qui reste incompréhensible, mais tant mieux Claude que tu sois revenu parmi nous.
    Merci de nous avoir raconté ces moments si intimes

    RépondreSupprimer
  9. J'en ai des frissons Claude !
    Que l'amour continue à te garder .
    Bises
    Nadine

    RépondreSupprimer
  10. Le bout du tunnel et la marche arrière ouf !
    C'est vraiment impressionnant ce récit . . . .
    Il faut y être passé pour comprendre !
    gros bisous à vous deux et joyeuses pâques
    MITOU

    RépondreSupprimer
  11. Quelle horreur de revoir ce CHU !
    Et aujourd'hui, on dit :
    ♥ ♥ ♥ JOYEUX ANNIVERSAIRE !!! ♥ ♥ ♥
    Avec une brassée de bisouXXX, mon cher claude.
    Passe une belle et bonne journée, entouré de ceux que tu aimes, de près ou de loin !!!

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dom, tu y a pensé, 68 ans aujourd'hui, c'est super

      Supprimer
  12. Joyeux anniversaire Claude
    Profites bien de ta journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Claude ! ah que je me souviens de ces moments que tu racontes sur ton blog. Le temps passe si vite ! MAIS SURTOUT JE TE SOUHAITE POUR LE 23 TON ANNIVERSAIRE DU 22 ! Que la Vie soit toujours si forte comme elle l'est pour vous deux. Tu sais que moi je suis née le 20 ! Et oui on est bélier ! C'est sans doute pour cela que l'on s'entent si bien. Mais ce que je ne savais pas que cette maladie tu l'avais depuis toujours.
    C'est très bien que tu partages ton vécu. Moi je le fais parfois aussi car je trouve que beaucoup des personnes peuvent trouver du courage en ayant vécu ou en vivant la même maladie. Puis ainsi on se connais mieux car je me rend compte que un blog peut être un lieu d'amitié. Je t'embrasse et vais t'envoyer une carte si j'arrive ! Bisous nani et Titi

    RépondreSupprimer
  14. bonsoir
    j 'ai beaucoup lue a se sujet fort interessant
    une sortie de corps dans mon jargon
    alors tu vois la vie est là plus forte que tout et quand il le faut
    bisous claude

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un message particulier, utilisez le formulaire de contact
Je vous remercie de votre compréhension
Claude