vendredi 11 janvier 2019

LE MOI

Le moi est haïssable, pure illusion de l'imagination, il est une passion abusant autrui autant que nous-mêmes. L'amour-propre pousse les hommes à paraître plutôt qu'à être, à rêver leur vie plutôt qu'à la vivre.
Nous avons tous une dose de narcissisme, la prochaine fois que quelqu'un nous en fera le reproche, répondons-lui avec Blaise Pascal que le nombrilisme est la chose au monde la mieux partagée. Cette habitude, qui consiste à se préférer soi-même à toute autre, n'épargne personne, y compris ceux qui se donnent l'air de la générosité et du désintéressement. Si le moi est haïssable, c'est que le monde est peuplé de milliards de « moi » qui veulent chacun se faire le centre de tout. Il en résulte que chaque moi est l'ennemi et voudrait être le dominateur de tous les autres.
Quelle est la racine de cette passion tyrannique ? La paresse, répond Blaise Pascal, qui montre qu'il est plus aisé de paraître que d'être. Aux exigences de la raison, les hommes préfèrent les séductions faciles de l'imagination. Quand la quête du vrai nous rebute, nous nous satisfaisons du confort qu'offre le vraisemblable. Cette toile de mensonges rassurants mystifie peu à peu notre conscience au point que nous confondons tout, le vrai et le faux, le profond et le superficiel. Nous sommes pris au piège, prisonniers dans notre bocal, les images se donnent pour des réalités et les sentiments pour des convictions. Dans ce mirage, nous ne savons plus où est notre moi profond. Reine des faux-semblants, l'imagination nous rend invisibles à nous-mêmes autant qu'impénétrables aux autres, la vie humaine n'est qu'une illusion perpétuelle, on ne fait que se tromper et se flatter. Vaine comédie, dans laquelle chacun joue un rôle de composition sans en maîtriser le texte. Farce grotesque, pour satisfaire notre moi, nous tentons de démontrer que nous accumulons fortune, réputation, honneurs, pour nous masquer notre petitesse. Confondu par notre propre imposture, nous n'avons alors d'autre issue que l'engrenage narcissique, faire de nous-même notre propre idole, rayonner dans tout l'univers. Nous sommes si présomptueux que nous voudrions être connus de toute la terre. L'amour propre nous éloigne de nous-mêmes, et d'autrui.
Mais lorsque le rideau tombe, que la lumière s'éteint et que le théâtre se vide, le moi est nu et Narcisse, isolé dans sa bouteille, tragiquement seul.

12 commentaires:

  1. "Le moi" est un don qui mérite le respect, pour le sien et celui des autres.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai retenu cette phrase:
    "L'amour-propre pousse les hommes à paraître plutôt qu'à être, à rêver leur vie plutôt qu'à la vivre."
    "C'est en s'accoutumant à se défaire de son moi que la lumière se fera d'elle-même."
    Zhang Zai,

    RépondreSupprimer
  3. "cette passion tyrannique ?"
    faut t-il être si dur ?

    RépondreSupprimer
  4. Heureusement que tout le monde ne vit pas en mettant son moi au dessus de tout !
    La modestie existe, appliquons-la ...
    Il faut savoir le faire taire, notre moi et on est bien plus heureux.
    Enfin, je parle pour moi, hein ...
    Petite je suis et petite je resterais !
    Et c'est tant mieux, je n'aime pas les projecteurs qui éblouissent ...
    Bon week end ...
    Bisoux, cher claude, ainsi qu'à ta petite marie chérie ♥

    RépondreSupprimer
  5. J'en connais au moins 1 qui pense que son "moi" est bien supérieur à tout les habitants de ce pays mais il se trompe lourdement !
    gros bisous et bon dimanche
    MITOU

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Claude, intéressant à lire ce texte, malheureusement notre société entraine les gens a devenir de plus en plus narcissique, l'être disparait et laisse place au paraître, c'est une horreur, mais il y a plusieurs "moi", celui que tu montres à l'autre, celui que tu voudrais être et celui que tu es vraiment au fond de toi. Je te remercie de ce beau partage et te souhaite une belle journée, amitiés de Marie

    RépondreSupprimer
  7. As tu remarqué combien de personnes, de n'importe quelle couche de la société, n'importe quel âge, commence la phrase par "Moi, je....." Moi je sais que......
    A chaque fois me revient à l'esprit la chanson de J.Gabin -Je sais-

    RépondreSupprimer
  8. Justement hier en feuilletant les Pensées de Pascal, je suis tombée sur ce passage où il parle du moi en disant que cela incite à nous haïr les uns les autres. Un grand penseur qu'il est bon de relire régulièrement.
    Bonne journée, cher visiteur matinal.

    RépondreSupprimer
  9. " L'amour-propre pousse les hommes à paraître plutôt qu'à être, à rêver leur vie plutôt qu'à la vivre." Tout ceci est fort réaliste et humain,il nous faut encore dépasser certaines certitudes; Merci Claude !

    RépondreSupprimer
  10. Nous ne nous contentons pas de la vie que nous avons en nous et notre propre être , nous voulons vivre dans l’idée des autres une vie imaginaire, et nous nous efforçons pour cela de paraître. » Mais chacun n’abuse autrui qu’ en s’abusant lui-même.
    Marie

    RépondreSupprimer
  11. Magnifique texte Claude le narcissisme n'est pas en soi un problème si celui-ci n'est pas accompagné d'égoïsme . Il nous faut et c'est normal satisfaire notre ego pour tout simplement être bien avec nous-même , certains ont besoin de plus exposer cet ego souvent en raison de blessures d'enfance où il n'était rien , traitait comme un rien , par manque d'amour , ce reflet qu'il renvoie est juste un appel a être aimé. C'est souvent le cas des artistes . Tant que cet egocentrisme ne se transforme pas en égoïsme il n'y a rien de mal . Là où les choses deviennent problématiques c'est quand egocentrisme et égoïsme se rejoigne. Amitié Nadine

    RépondreSupprimer
  12. Je pense que le moi est souvent surdimensionné. Cependant, je pense aussi que dans certaines situations, il faut savoir être un peu égoïste, pour ne pas se faire happer par les autres, par les contraintes, par les demandes incessantes. Notamment dans le monde professionnel, j'ai appris à faire parler mon moi au lieu de tout accepter, ce qui m'a conduit par le passé, à le perdre et à me faire du mal. Bises alpines.

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un message particulier, utilisez le formulaire de contact
Je vous remercie de votre compréhension
Claude