lundi 29 octobre 2018

PENSÉES


Je pense souvent à ceux,
Que l'on chasse de chez eux,
Et qui meurent peu à peu,
Comme de pauvres miséreux.

Celui-là quitte son logis,
Expulsé par un huissier,
C'est tout juste si on lui dit,
Que c'est pour un retard de loyer.
Et c'est enfant de Gaza,
Qui n'a pas vu la bombe,
Qui, parce-qu’il reste là,
Lui a creusé sa tombe.
Quoi qu'ils fassent,
Ils ne peuvent rien faire,
Ils attendent que ça passe,
On leur refuse une terre.

On leur dit c'est provisoire,
Le campement c'est pour ce soir,
Mais le lendemain matin,
Souvent il faut reprendre le chemin.
Ou que l'on soit dans ce monde,
De l'Ukraine ou de l'Afrique,
D'un fusil ou d'une bombe,
On meurt même par un moustique.
Mis à terre par ébola,
Par une bombe ou la faim,
Le monde fait peu de cas,
De nos frères humains.

Je pense souvent à ceux,
Que l'on chasse de chez eux,
Et qui meurent peu à peu,
Comme de pauvres miséreux.
Claude Lepenseur 

13 commentaires:

  1. Drame de notre société contre lequel on ne peut faire grand-chose , un sourire peut être ..difficile sujet
    Bonne journée Claude

    RépondreSupprimer
  2. Ton texte reflète tout à fait l'état de notre société.
    J'espère qu'un jour tu pourras faire un texte plein de joie mais je crois que ce n'est pas pour demain.
    Bonne semaine à tous les deux
    La météo est comme notre société,très triste aussi mais c'est la saison et je suis sûre que le printemps reviendra.
    bisous
    arlette

    RépondreSupprimer
  3. Tristement vrai et dramatique. On se sent coupable de vivre du bon côté.....

    RépondreSupprimer
  4. Perdre sa vie, ses repères, sa famille, son foyer, son enfant et se dire que l'on ne les reverra jamais peut-être, je pense qu'il faut l'avoir vécu pour le comprendre, il y a des blessures qui ne se referment pas...
    Bonne journée Claude

    RépondreSupprimer
  5. Sujet très triste et dur , malheureusement on ne peut que penser à tous ces gens qui souffrent car on ne peut rien changer , c'est cela le plus difficile , accepter ce que l'on ne peut pas changer...Et ça fait mal!
    Bonne journée Claude !

    RépondreSupprimer
  6. L'exode continue et nous n'y pouvons rien, hélas.
    Toutes ces personnes, sur les routes, qui partent sans savoir où ils vont, le plus souvent ...
    C'est dramatique à notre époque, où il y a de la place pour tout le monde.
    Bon mardi glacial ...
    Ca y est, mes papiers sont entre de bonnes mains !
    Bisoux, cher claude, ainsi qu'à ta marie chérie ♥

    RépondreSupprimer
  7. Combien toutes ces images de gens déplacés qui fuient leur terre leur pays me bouleversent ils fuient la guerre et le plus triste ils sont refoulés ce sont des laissés pour compte combien nous avons cette chance de vivre dans un pays encore en paix bien que l'avenir pourrait nous faire basculer comme fut un temps ou nous aussi avons connu l'exode
    amitiés
    jojololo

    RépondreSupprimer
  8. Re- Bonsoir Claude !
    Merci de ce texte qui nous met face à cette réalité poignante car incapables de la solutionner. Mais en la criant c'est déjà une façon de crier avec tous ceux qui ne peuvent pas crier. Pour cette dame qui avait été expulsée, j'ai une bonne nouvelle. Elle à un logement et elle est presque plus contente. Je ne sais pas vraiment la vraie réalité car elle ne dis presque rien. J'ai pris de ses nouvelles. Mais je trouve, que lorsque on a un toit, lorsque on est pas dans un pays sans guerre, on a pas le droit de fermer sa porte. C'est vrai qu'il y a des abus mais il faut pas voir que cela. De toutes façons, en étant en contact avec des personnes de la rue, jamais j'ai vu une plainte. Ces personnes on une grande dignité. Trouvent tout très bien. J'aimerais que beaucoup des ministres viennent au près d'eux pour comprendre, toucher leur réalité. C'est très facile de faire des lois et de pas savoir même combien coûte un ticket de métro, et une baguette de pain. enfin Claude je te remercie de tes conseils car j'ai du faire quelque chose selon eux et je sens mon ordinateur plus léger... Je crois que Edge à pris un coup. Je te dirai dans les jours à venir. Je te souhaite une bonne journée de mercredi. Dis à Marie de te raconter ce que je lui ai mis sur son blog aujourd'hui, cela vous incombe ! Bisous nani et Titi

    RépondreSupprimer
  9. Voilà Claude ! je passe encore pour te dire que cela marche ! Passe une bonne journée et je suis allé sur ton autre blog. Bisous nani

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Claude
    Un texte qui nous rappelle que nous n'avons pas trop à nous plaindre !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Claude. Je suis allée l'autre jour visiter une exposition au musée de l'Elysée à Lausanne. J'ai été particulièrement émue de voir les images d'un photographe rentré de Syrie. En voyant son travail, on se rend compte que les gens qui fuient le pays fuient l'enfer et l'horreur. Et que nous nous devons de les accueillir de manière digne. Car leur quotidien, ce n'était plus que du néant, la négation de l'humanité.
    http://www.elysee.ch/expositions-et-evenements/expositions/matthias-bruggmann/
    Ton texte me rappelle cela. Bises jurassiennes pour quelques jours.

    RépondreSupprimer
  12. Cela doit être terrible de se retrouver sans logis je pense aussi souvent à tous ces pauvres gens et ce n'est pas la trêve hivernale qui changera les choses
    Gros bisous
    Mitou

    RépondreSupprimer

  13. Que de gens dans la misère qui ont tout perdu et qui errent sans savoir où ils vont dans le froid et la misère.

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un message particulier, utilisez le formulaire de contact
Je vous remercie de votre compréhension
Claude