mercredi 1 août 2018

OBSERVE LE MONDE


A la lisière du temps, on observe le monde,
On voit passer des gens, qui défilent à la ronde,
On regarde la vie, d’une humeur vagabonde,
On pleure, on chante, on rit, à chaque seconde.
On voit ce que l’on sait, depuis des millénaires,
Certains rient au palais, d’autres pleurent aux chaumières,
Dans les palais ça mange le caviar à la louche,
Dans les chaumières ils ont juste l’eau à la bouche,
Les escrocs sont reçus dans la lumière en star,
Les pauvres emprisonnés, pour un loyer en retard,
Au fond d’une impasse, Un pauvre gosse agonise,
Alors que son dealer, se prélasse en gondole à Venise.
On regarde le monde assis au bord du temps,
Et à chaque seconde, il est triste ou marrant,
Du bout de la lorgnette, on voit toutes les couleurs,
Il y a des gens un peu bêtes, et d’autres qui font peur,
Dans certains pays, l’homme n’a jamais tort,
Alors que la femme adultère est lapidée à mort,
On peut nous seriner, que c’est une question de foi,
Et qu’il faut bien que l’homme fasse respecter la loi,
Faut-il vraiment partout imposer la vertu?
Et interdire de rire, des histoires de cocus?
Que dire de l’idolâtrie qui met le feu dans les stades?
De la petite vieille qu’on agresse, pendant sa promenade?
Une épouse, comme chaque soir, va se prendre des coups,
Le mari sans travail, rentrera encore complètement saoul.
Les pays sans pétrole, peuvent bien s'entre-tuer,
Mais quand il y a de l’or noir, on envoie les blindés,
Alors les généraux, entourés de leur cour,
Viennent expliquer au journal, leur petite guerre du jour,
Mais pour le simple soldat, dans le froid et la boue,
Expliquez-lui pourquoi, vous faites ce jeu de fou.
On a beau essayer, de se tenir loin du monde,
Inlassablement, on entend la violence qui gronde.
Claude Lepenseur septembre 2012

9 commentaires:

  1. Bonjour mon cher visiteur matinal !
    Oui, la violence est malheureusement présente dans notre monde. Le XX° siècle a été terrible, que sera le XXI° ?
    En dépit de cela, je vous souhaite une bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. De bien cruelles et réelles constatations!
    J'aime beaucoup le dealer pour qui Capri n'est pas fini et qui se promène en gondole à Venise !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Cruelles constatations et malheureusement trop vraies!

    RépondreSupprimer
  4. bonjour claude,
    tout est dit depuis que le monde est monde 'est ainsi mais il me semble que le monde est trop lourd oui ton texte est criant de vérité !!! bien amicalement monette

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Claude ! Lorsque j'avais l'innocence je ne voyais pas la vie comme cela. Sans doute je la regardais à la lorgnette des autres qui me disaient quoi penser. Là par ton poème où à ton regard je vois ce que je découvre depuis quelques années mais de plus en plus. Et oui, on a beau se soustraire de ce monde ... des que l'on sort on aperçois ces grondements. Bisous nani et Titi

    RépondreSupprimer
  6. Tellement vrai, hélas ...
    Je te souhaite un bon jeudi, au frais, si tu peux.
    Ras l'bol, mon dos est encore coincé ...
    Bisoux, cher claude, ainsi qu'à marie

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Claude
    Oui, inlassablement on entend,on voit, on subit la violence et les media ne se privent, hélas pas, d'en parler en boucle de façon très anxiogène et toxique.

    RépondreSupprimer
  8. Où est la devise de la France ? Dans le sac aux oubliettes, il n'y a plus que donnons aux riches avec l'argent des " pauvres " gens. Quand je vais en Belgique je vois le respect et la différence de mode de vie.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  9. Ce poème de 2012 est malheureusement encore d'actualité
    et je pense qu'il le sera encore pour des années c'est bien triste tout çà !
    Bisous à vous deux prenez bien soin de vous !
    gMITOU

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un message particulier, utilisez le formulaire de contact
Je vous remercie de votre compréhension
Claude