lundi 23 juillet 2018

LA BÊTE


La bête qui grandit dans des cœurs sans nom,
Les lèvres habituées au parfum de l’amertume,
Les âmes qui se perdent dans un puits sans fond,
Deviennent des vaisseaux s’enfonçant dans la brume.
La haine et la violence prennent possession de la vie,
On doit le reconnaître, inutile de se mentir,
Les choses les plus douces, ont perdus leur magie,
Insidieusement, nous gagne ce délire.
Avant que nous disions, "que sommes nous devenus?"
Il nous faudrait remettre l’amour à sa place,
C’est la solidarité entre tous les enfants perdus,
Qui nous fera connaître, le chemin de la grâce.
Claude Lepenseur février 2013

mercredi 18 juillet 2018

NAÎTRE AUJOURD'HUI


Je veux naître aujourd’hui, au monde que tu me donnes,
Quand tu chasses les causes de mes chagrins d’hier,
Ouvrant mon âme vers les mots qui pardonnent,
Tandis que sur ton sourire, j’ouvre les paupières.


Je veux vivre aujourd’hui en enterrant mes pleurs,
Car nos fragments de cœurs sont des reflets jumeaux,
Où quelques arcs-en-ciel accrochent leurs anneaux,
En refermant la brèche d’où coulaient nos douleurs.


Je veux vivre aujourd’hui chaque instant près de toi,
Vois dans mes yeux clairs, il y luit une larme,
Ton être s’y reflète, et peu à peu me désarme.
Laisse-moi t’offrir tout le meilleur de moi.


Je veux vivre aujourd’hui, croire et promettre encore,
Et enlacer tes mains les chauffer sur mon cœur,
Que tu sentes battre en moi les ailes du bonheur,
Car il porte ton nom, et ce jusqu’à ma mort.
Je t’aime aujourd’hui, le verbe n’est pas vain,
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain.
Claude Lepenseur février 2010

mardi 10 juillet 2018

CAUCHEMAR?


Qui a couru sur cette plage? Elle a dû être belle,
Ne tournez pas la page, laissez moi rêver d’elle.
Est-ce que le sable était blanc? Voyait-on la lune?
Y avait-il des fleurs dans le creux de chaque dune?
Qui a nagé dans cette rivière? L’eau y était fraîche?
Vous me faites marcher vous êtes de mèche.
Il y avait des galets dans le creux des cascades ?
J'aurais bien aimé aller nager avec des camarades.
Ne racontez pas d'histoires ! Montrez des photos pour voir,
Si tout cela a vraiment existé, j’ai du mal à vous croire.
Vous affirmez qu'il y avait du sable, de l'herbe et des fleurs,
De l'eau, des pierres, des arbres et des oiseaux de couleur?
Qui a marché dans ce chemin ? Il conduisait à une maison?
Il y avait des enfants jouant dans la cour? Ils étaient mignons?
La photo n'est pas truquée? Vous voulez vous amuser?
Vous pouvez me jurer que tout cela a réellement existé?
Dites-moi, allons, ne me racontez plus d'histoires !
J'ai besoin de toucher et de voir pour y croire.
Vraiment, c'est vrai! Le sable était blanc?
Vraiment, c'est vrai ! Il y avait des enfants
Des rivières, des chemins, des cailloux
Des maisons? Il y en avait partout?
Tu ne me mens pas, tout ceci est vrai?
Création d’après le poème sur la septième de Johnny Hallyday
Claude Lepenseur décembre 2014

vendredi 6 juillet 2018

PERSÉVÈRE


Allez suis ta route, et surtout ne regarde pas en arrière, suis ton intuition et ton cœur ils te permettront d'avancer. Tu trouveras des obstacles tout au long de ton chemin, tu trébucheras, tu tomberas souvent, mais relève-toi à chaque fois, et surtout ne regarde pas en arrière. Tu dois te construire une base solide, tu te tireras toujours d'affaire, ne fais rien dans la colère, tu retomberais à nouveau. Et pendant ton parcours fais-toi des amis, tu verras chaque jour deviendra extraordinaire, puisque ces amis te tiendront la main, ton cœur s'ouvrira. Si tu lâches prise reprends courage, mais surtout ne regarde pas en arrière. Le chemin que tu laisses derrière toi est sûrement parsemé de chagrins et de désespoir.
Devant toi se trouve le soleil, le bonheur, mais surtout la vie. Chaque pierre que tu auras contournée sur ce chemin, deviendra une magnifique fleur, qui s'offrira sur le bord de ta route, elle dégagera le parfum de la fraternité et la douceur humaine. Sois tolérant et compréhensif, tu ne perdras pas l'équilibre, accepte-toi tel que tu es, ne te sous-estime pas, aime toi, fais un pas de plus, suis ta route et surtout ne regarde pas en arrière. Essuie tes larmes, fais chanter ton cœur, souris à la vie, ta rancœur disparaîtra et ton esprit s'apaisera. Reprends courage, mais surtout poursuis ta route sans faillir, ne te retourne pas et dis-toi que pour toi, et pour le monde entier, ces moments difficiles, et inévitables restent derrière et que cette route devient le chemin de ton bonheur, ce bonheur tu le sèmeras à ton tour, regarde ces magnifiques rayons de soleil, ils sont pour toi.
Juin 2008. D'après un texte trouvé sur le net