mercredi 24 janvier 2018

D'AVANT À MAINTENANT


Dans les années 50, pour trouver du travail, il fallait avoir des compétences et du courage, le niveau d’étude n’était pas important et le travail était toujours bien fait.
Dans les années 60, il fallait avoir un CAP pour être un technicien, mais celui qui avait des compétences et du courage pouvait toujours faire une belle carrière.
En 1970, il fallait minimum un bac pour trouver du travail, celui qui n’avait que ces compétences et son courage commençait à avoir du mal à se placer, les gens semblaient moins heureux au travail.
Arrivent les années 80, les premiers BTS sont exigés pour entrer dans le monde du travail, ceux qui ne font pas d’études commencent à rester sur la touche, les entreprises commencent à fermer.
Viennent les années 1990, il faut désormais être ingénieur pour entrer dans une entreprise, on ne s’occupe plus ni des compétences ni du savoir-faire, il faut des diplômes, et depuis ça ne cesse d’empirer, de nos jours même avec les plus hauts niveaux d’études, et quel que soit le prestige de l’école d’où l’on sort, le travail n’est plus une évidence.

Que s’est-il passé? Les entreprises ont pris les plus intelligents, les plus instruits et ont perdu toutes les compétences et leur savoir-faire, les rares privilégiés qui ont du travail ne sont plus heureux, ils sont stressés, exploités et mal rétribués, et les entrepreneurs ne s’en sortent plus, ils cherchent ailleurs, dans d’autres pays, des personnes pas obligatoirement diplômées, mais qui ont des compétences et du courage. 

17 commentaires:

  1. Peut être que le savoir faire ne payait plus assez en France !
    Celui qui était classé "ouvrier" ne gagnait pas beaucoup et pourtant son travail
    était parfait et il avait un grand savoir faire , avec un diplôme il aurait gagné davantage je sais c'est injuste ! il n'y a qu'à voir à présent la retraite que touchent ces très bons ouvriers juste de quoi survivre . . . .
    Bisous et bonne journée
    MITOU

    RépondreSupprimer
  2. Et si nous poursuivons le raisonnement, le robot prendra bientôt le dessus sur le savoir faire, les compétences et les diplômes. N'était il pas plus agréable à l'entrée du métro d'offrir un bonjour ou un sourire à la personne qui allait poinçonner notre ticket plutôt que de se le faire avaler dans un buit métallique de tourniquet ? Le mode change, les mentalités et les humains aussi.

    RépondreSupprimer
  3. bonjour claude ,
    le retour en arrière et du refus de l'innovation souhaités par certains, impossible dans les faits et trompeuse dans ses effets autres temps autre mœurs dit_on moi je suis a l'hiver de ma vie et oui de mon temps il y avait du travail bien ou mal rénuméré mais l'ont travaillait amitié monette

    RépondreSupprimer
  4. Tu as raison, dans bien des domaines, le diplôme ne remplace pas " être sur le terrain " il y a beaucoup de questions à se poser sans réponses !
    Amicalement

    RépondreSupprimer
  5. Il faut et il fallait revaloriser le travail manuel dans les écoles!
    J'espère qu'aujourd'hui on va continuer l'effort de fourmis de certains instits...
    Ils étaient si peu avec sur leurs têtes des réformes à foison!...

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Claude
    Depuis mon Limousin j'ai choisi de venir travailler en Charente-Maritime, mon embauche s'est faite par tel après l'obtention de mon diplôme, j'ai fait toute ma carrière dans le même hôpital
    avant on restait chez le même employeur, c'était signe de stabilité !
    aujourd'hui il faut bouger et changer, c'est la mode de toucher à tout !
    si je présentais mon CV à quelqu'un, on me dirait même que je me suis "encroutée" je suis sûre !!!
    les temps changent .... pas forcément en bien !
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. On peut (et encore ...) détecter les plus instruits, mais les plus intelligents ?
    J'aime bien l'illustration de ton texte.

    RépondreSupprimer
  8. bonjour Claude , tu as fait une belle analyse de la vie actuelle et d'avant ! et je suis complètement d'accord ! il n'y a plus que les instruits ... les manuels passent à oubliette et pourtant les manuels comme moi faisaient tous le boulot et les autres commandaient et +++ ! les manuels sont dévalorisés dans tous les métiers !! hélas ! ... bonne journée A+

    RépondreSupprimer
  9. Bel article c'est vrai tout ce que tu dis, mais je crois qu'il reste encore de bons manuels et qu'ils sont justement valorisés car il y en a moins qu'avant. Ce sont de beaux métiers et les grosses têtes n'ont rien à leur envier. Je te souhaite une bonne soirée, bisous

    RépondreSupprimer
  10. Bonne soirée, maintenant vois-tu il ny a presque plus de travail pour les " sans diplomes "
    Amicalement

    RépondreSupprimer
  11. Dans les années 70, tu quittais ton patron et celui d'en face t'embauchait, c'est ça aussi la différence.
    Quand j'ai commencé à travaillé, j'avais un BTS mais, juste mariée, j'ai pris le premier travail que j'ai trouvé et j'ai eu la chance de monter au sein de l'entreprise ...
    Ca aussi, c'est de plus en plus rare aujourd'hui car un diplômé n'acceptera jamais un poste de subalterne : ils veulent tous un travail au niveau de leurs compétences alors, qu'en fait, un diplôme ne fait pas forcément quelqu'un de productif, mais tout le monde veut que leur travail soit au niveau de ce qu'ils croient connaître ...
    Une licence en droit ne fait pas spécialement un bon avocat mais un bon BEP en coiffure, par exemple, est souvent le signe d'une bonne coiffeuse !
    Bonne fin de semaine, toujours le même temps à ne pas mettre le nez (ni le reste) dehors !
    Bisoux, bisoux à vous deux.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Claude
    Ben oui et non , le monde a tellement évolué qu'il faut obligatoirement un socle plus important et je ne pense pas que le savoir-faire soit négligé loin s'en faut !! et un CAP ou BEP est toujours apprécié . Pour ce qui est de l'avocat , le niveau licence !!! disons qu'il faut quelques années de plus , des diplômes en plus et au bout une formation spéciale ... j'en connais des bons et des pas bons et idem pour les coiffeuses ... la généralisation m'énervent car elle se base sur une expérience personnelle donc par conséquent subjective et non pas objective et nous pouvons tous dire une chose et son contraire . Et pire je ne supporte pas l'opposition que certains veulent instaurer entre les "manuels" et les "grosses têtes" . Aucune opposition, d'un côté et l'autre des gens biens et des gens nuls, des doués et des pas-doués ...
    Amitié
    Nadine

    RépondreSupprimer
  13. bonjour Claude et oui, que s'est-il passé pour que l'on soit en arriver là, c'est à dire , presque nulle part!!!! que fait-il faire pour s'en sortir? y a -t-il des solutions miracles? A vrai dire je ne le crois pas, il faut surtout avoir du courage , retrousser ses manches. Mais les jeunes ne sont pas habitués, on leur a tellement dit qu'il fallait des diplômes, vous devez gagner tant! il faudrait aussi que les métiers "dits manuels" soient mieux rétribuer, il faudrait... y qu'à, faut qu'on, j'ai l'impression vraiment en écrivant ces lignes d'être une "vieille baderne"Je te souhaite un bel après-midi, ici sans pluie , ouf!!! Amitiés MTH

    RépondreSupprimer
  14. Certains métiers ont même changé de nom!
    femme de ménage = technicienne de surface
    caissière = hôtesse de caisse
    etc...

    RépondreSupprimer
  15. CHANTOUVIVELAVIE
    Bonjour Claude
    Et oui, autrefois, il y avait les apprentissages, on apprenait à travailler avec ses mains.
    Puis ensuite, faut le bac, qui à présent, ne vaut plus rien. Puis faut faire des études.
    Maintenant on manque d'ouvriers dans bien des domaines.
    On a trop méprisé les manuels pourtant ils sont nécessaires.
    On recommence à parler d'apprentissage ...
    Bonne soirée et déjà bonne semaine
    Amicalement
    Chantou

    RépondreSupprimer
  16. bonsoir Claude
    Eh ! oui !! ce sont les années 2000 !!! avant , on apprenait le travail sur le tas , comme on disait , et on pouvait monter les échelons tout au long d'une vie , ce n'ai plus le cas ...d'autres temps , d'autres façons de vivre , ce n'est qu'une question d'habitudes peut être ?
    bonne soirée gros bisous

    RépondreSupprimer
  17. Les diplômes, c'est bien joli mais ça n'apprend pas à travailler !
    Chantou

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un message particulier, utilisez le formulaire de contact
Je vous remercie de votre compréhension
Claude