lundi 22 janvier 2018

J'IMAGINE


J’imagine que les armes ont disparues de la surface de la terre.
J’imagine que le canon a cessé de tonner.
J’imagine que tous les pays utilisent leur budget militaire, pour éradiquer la faim et la maladie.
J’imagine un monde sans ségrégation et sans racisme.
J’imagine que tous les humains se reconnaissent comme frères
J’imagine que la femme soit reconnue comme égale à l’homme.
J’imagine que l’argent n’est plus roi.
J’imagine que la jalousie et l’envie aient disparus.
J’imagine un monde, où l’on serait heureux du bonheur des autres et ou on s’unirait, pour aider les nécessiteux.
J’imagine un monde où l’on saurait que, qu’elle que soit la couleur de la peau, le sang à partout la même teinte et les larmes le même goût.
J’imagine que les enfants sont respectés et plus exploités.
J’imagine que les enfants ne sont plus des proies sexuelles.
J’imagine que les femmes ne sont plus violées, ni violentées et qu’elles ne sont plus obligées de faire commerce de leur corps.
J’imagine que les chefs d’états, aiment et respectent, leur peuple.
J’imagine que l’envie du bonheur de l’autre prime sur l’ambition personnelle.
J’imagine que les chefs religieux se rendent compte, que leur Dieu est bon et qu’il ne désire pas que, l’on se tue en son nom.
J’imagine que les patrons préfèrent le bien être de leur personnel aux bénéfices.
J’imagine que chacun est respecté dans sa façon de vivre et dans ses croyances.
J’imagine que meurtre, violence, vol et malhonnêteté n’existent plus.
J’imagine que l’amour et le partage règnent sur ce monde.

Claude Lepenseur juin 2009

vendredi 19 janvier 2018

PROMENADE MATINALE


C’est l’heure où le matin se lève à l’horizon,
Ma main serrant la sienne, silencieux nous marchons,
Nos pas nous ont menés au centre d’une clairière,
Derrière une maison là où coule une rivière.
Un petit vent caresse nos visages heureux,
Les rayons du soleil s'étirent vers nous deux,
La chaleur nous accable langoureusement,
Un saule nous invite au creux d’un lit charmant.
Le temps soudain s’arrête sur ce nuage de fleurs,
La nature nous berce de ses mille senteurs,
L’eau roule sur les galets, frémissant de beauté,
Sa robe transparente, déploie ses voiles perlées.
Là, de l’ombre feuillue qui caresse l’eau claire,
La chanson du ruisseau s’évapore légère,
Tendrement enlacés nous écoutons heureux,
La douce mélodie qui accompagne nos jeux.

mardi 16 janvier 2018

IL TE FAUT


Il te faut dans la vie, penser un peu à toi,
Offres ce que ton cœur peut contenir de joie,
Essaie de rayonner parmi ton entourage,
Et apporte la Paix, en ultime hommage.
Toi tu sais ressentir l’âme de chaque être,
Ton chemin est tracé et il va t'apparaître,
Encore plus grandiose, encore plus serein,
En faisant ressortir tout ton côté humain.
Laisse exploser en toi l'étincelle de vie,
Et sur la toile offerte, rejoins cet infini,
Il guidera tes pas vers la Sagesse innée,
Qui sommeille en ton âme et qu'il faut libérer.
Et pour finir enfin, je te dis que somme toute,
Si tu souffres dans ton cœur, si tu souffres en ton âme,
Je me joindrai à toi, pour effacer tes doutes,
En t’offrant tous ces mots, pour soutenir ta flamme.

Claude Lepenseur novembre 2013

dimanche 14 janvier 2018

LA VIE EST BELLE


Il faut reconnaître que c'est bon d'être en vie,
De flâner au soleil, ou même de rêver la nuit,
La vie a un commencement, elle a aussi une fin,
Ignorant le temps donné, vivons pour être bien.
La vie se présente comme un grand escalier,
On sait d’où l’on part, mais pas ou on va arriver,
On peut aussi la comparer à un joli ruisseau,
Personne ne peut dire précisément ou va l'eau.
Nous avons devant nous un très beau parcours,
On doit s'efforcer de le savourer jour après jour,
Il faut profiter pleinement de chaque heure,
Et marcher calmement sur le chemin du bonheur.
La vie est très belle dans tout ce qui la compose,
Profitons-en pour accomplir de grandes choses,
La joie, le bonheur, l’amour, ces choses ont un prix,
Il nous faut le payer, montrons que l’on aime la vie.
Chacun voudrait que son bonheur perdure
Il ne faut pas croire que c’est juste une aventure,
Vous savez, les exigences de la vie sont une chose,
Moi je dis qu’elle est belle et j’en sais quelque chose.
Claude Lepenseur octobre 2015

mercredi 10 janvier 2018

MOTS QUI CHANTENT


Les mots chantent, pleurent ou bien caressent,
Ils s'écrivent tout en rondeurs et en délicatesse,
Ils s'en vont gribouiller sur les pages de malheur,
Se posant sur une couche, comme on offre une fleur.
Ils peuvent tout exprimer, et parfois ils se taisent,
Si la situation l’exige, que l’on sent un malaise,
Des milliers de mots sont déversés chaque jour,
Pour parler de tout et pour parler d’amour.
Parlés, écrits, chantés, ils sont dictés ou peints,
Pour la poésie, ils peuvent s’écrire à deux mains.
Et si l'amour est là, bien vite ils s'enflamment,
Que ne ferait-on pas pour le cœur d’une femme,
A la lumière de l’amour on les teinte de tendresse,
Pour que le cœur de la belle connaisse l’allégresse.
Les mots murmurés et empreints d'espérance,
Chantent à l’oreille et dans l’esprit dansent,
Apportant la couleur et la joie de la vie,
Qui unira deux êtres, au-delà de la nuit.
Si on aime quelqu’un et si vraiment on y tient,
Servons nous de nos mots, sans attendre demain.