dimanche 19 février 2017

AUTREFOIS


Les hommes autrefois avaient des foyers stables,
Ils gardaient la maison où leur mère mourait,
Et, quand d’autres enfants naissaient, on était
Moins à l’aise, mais plus unis, aux mêmes tables.
Les meubles centenaires étaient de vieux amis,
Les fauteuils allongés et les chaises massives
Où le soir, tricotaient jadis les aïeules pensives,
Servaient d’asile aux enfants endormis.
Les mêmes arbres verts et les mêmes tonnelles,
Qui les avaient vus blonds, les revoyaient tout blancs,
Et les rideaux des lits, dans leurs longs plis tremblants,
Gardaient comme un frisson des âmes paternelles.
Chacun avait le respect de la loi patriarcale,
On vivait loin du trouble assourdissant des villes,
Menant des troupeaux dans les plaines tranquilles,
Où les roseaux chantaient sous le vent musical.
On s’aimait gentiment dans une famille humaine,
Chaque jour se marquait par un progrès nouveau,
N’ayant qu’une demeure on n’avait qu’un caveau,
Et n’ayant qu’un seul nom on n’avait qu’un domaine.
Maintenant on jalouse, on divise, on combat,
Comme si par nos maux nous n’étions pas tous frères,
Pauvres chênes tordus par des ouragans contraires,
Dans la forêt humaine où la Mort nous abat.
Nous doublons nos douleurs par la haine et l’envie,
Car avec le soleil, l’amour de tous nos enfants,
Nous avons des bonheurs simples et charmants,
Qui font respecter Dieu, aimer et adorer la vie.
Mais nous avons greffé à cet ouvrage divin.
Le rameau maigre et noir des haines criminelles,
Et les penseurs sont là comme des sentinelles,
Jetant des cris de paix que l’écho roule en vain.
Pauvres fous ! Le destin, comme en un cachot sombre,
Nous pousse dans la vie et dans l’obscurité,
Alors agissons enfin pour que la Fraternité,
Soit, le soleil du cœur et le flambeau de l’ombre.

Claude Lepenseur, octobre 2009, Texte travaillé d’après un poème de Georges Rodenbach


16 commentaires:

  1. Les temps ont bien changés malheureusement...
    Très difficile de vivre en parfait osmose avec ton voisin , même ta propre famille ....
    Desolant et triste ..
    Merci pour ton texte qui dit si bien les choses ..
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. bonsoir Claude......dans ma famille cette chaine s'est arrété a partir de mes grands parents mais je suis le dernier a être né dans une maison "familiale".....trois générations jusqu'a la guerre 39/40.....après c'est l'éclatement .....
    Amitiés
    Jean

    RépondreSupprimer
  3. bonjour claude
    c était le bon temps
    quand j ai perdu mes parents tout a changer
    je regrette se temps la ça oui
    ton texte est encore bien beau
    passe une très bonne journée avec ta princesse
    gros bisous
    dany

    RépondreSupprimer
  4. Plein de souvenirs me reviennent, avec les vieux qui étaient toujours là, bien présents, à la table familiale ...
    Grands parents, arrière grands parents ...
    Bon début de semaine, qui est très chargée pour moi : des rendez-vous presque tous les jours.
    Et des bisoux pour toi

    RépondreSupprimer
  5. Ton souhait est superbement exprimé. Mais en tant que gitane je peux t'assurer que la stabilité n'a jamais été la majorité sur notre petite planète.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Claude
    Comme tu le décris si bien les temps on bien changé ! moi je n'ai pas connu puisque mes grands-parents sont morts jeunes , mais Maman me racontait qu'ils avaient gardé son grand-père à la maison jusqu'à sa mort , ils vivaient tous ensemble , heureux ! maintenant dès que tu ne peux plus vivre seule on t'envoie en maison de retraite .....oui les temps on changé , et hélas ce n'est pas près de s'arranger !!
    Bonne journée Claude
    Bisous Hélène

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Claude
    Comme tu le décris si bien les temps on bien changé ! moi je n'ai pas connu puisque mes grands-parents sont morts jeunes , mais Maman me racontait qu'ils avaient gardé son grand-père à la maison jusqu'à sa mort , ils vivaient tous ensemble , heureux ! maintenant dès que tu ne peux plus vivre seule on t'envoie en maison de retraite .....oui les temps on changé , et hélas ce n'est pas près de s'arranger !!
    Bonne journée Claude
    Bisous Hélène

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Claude, belle évocation du temps passé où les anciens vivaient ensemble dans la maison familiale... Bon début de semaine, gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. coucou Claude
    Impossible de revenir en arrière,mais es tu sur que tout était aussi bien que çà ?
    De nos jours difficile de vivre ensemble puisque chacun d'entres nous veut son espace
    de vie !Nous avons dormi mes sœurs et moi dans la même chambre pendant 18 ans au moment où nous avons pris notre envol de la maison familiale et je peux te dire que c'était loin d'être le paradis,alors vivre avec deux générations me paraît impossible même avec mes enfants devenus grands !
    Bisous et bonne journée
    MITOU

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Claude
    bien émouvant ce texte , c'est vrai des générations vivaient dans le même patrimoine , vivaient ensemble , avec des hauts et des bas ..bien sur
    Maintenant on est plutôt chacun chez soi ..moi la première j'ai voulu retrouver mon autonomie . peut être parce que je me sens très entourée , mes enfants sont là tous présent .c'est très réconfortant et je l’apprécie
    bon début de semaine , sous le soleil !! gros bisous à tous les deux

    RépondreSupprimer
  11. Il y avait du positif et du négatif!
    J'ai vécu jusqu'à 23 ans avec mes grands-parents, parents, ma sœur et trois frères...On avait trois chambres, une petite cuisine et un débarras...Ce n'était pas facile même si on s'aimait bien!

    RépondreSupprimer
  12. aujourd'hui nous courrons dans tous les sens sans savoir ou on veut aller ,mardissime

    RépondreSupprimer
  13. La vie a beaucoup trop changé depuis notre jeunesse ....
    Bonne journée, amicalement

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Claude, j'ai vécu jusqu'à mon mariage chez mes grand parents avec ma mère, il y avait les trois générations...Ensuite ma mère est restée avec ses parents jusqu'à leur mort...
    Bon mardi, bons baisers

    RépondreSupprimer
  15. ça me fait penser à ma jeunesse, comme j'étais triste quand il a fallut que l'on quitte notre maison, elle fut mise en vente et les parents n'avaient pas les moyens de l'acheter,donc on est parti en immeuble,le pire a été la séparation de mes chiens.a ce moment là,j'ai regretté de n'être pas plus vieille,j'aurais aider mes parents.

    RépondreSupprimer
  16. Autrefois, c'est vrai qu'ils y avait des choses formidables, comme les veillés, surtout l'hiver, en famille composée souvent de trois générations.... Je me demande ce que dans une trentaine d'année, un poète mettrait en vers notre vie d'aujourd'hui
    Bonne soirée, mon ami Claude, et encore merci pour la traduction.

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un commentaire qui n'a aucun rapport avec le texte de mon article, je leur demande d'utiliser le livre d'or en haut à droite du blog, ou si c'est un message particulier, d'utiliser le formulaire de contact juste sous le livre d'or
Je vous remercie de votre compréhension
Claude