jeudi 29 décembre 2016

LE POIDS DU PASSÉ (Fable)


En marchant sur le chemin, je rejoignais un homme, quelque un peu affaiblit. M’approchant de lui je remarquais qu’il portait un rocher. « Pourquoi portes tu ce poids, il te ralentit pour avancer sur le chemin de ta vie ? » Alors, un peu essoufflé, il me répondit. «C’est une faute que j’ai commise, et je la garde sur moi. Plus jeune, j’ai fait une mauvaise action, je le regrette. Mon inattention est une erreur, ce rocher me rappelle ma douleur.»
Plus tard, je vis un autre homme tituber. A chaque instant il paraissait tomber, laissant échapper des pierres de ces mains qu’il s’efforçait de récupérer. La scène semblait sans fin, alors, je lui demandais : «toutes ses pierres, ici dans tes bras sont trop nombreuses. As-tu commis tant de fautes, pour qu’aujourd’hui ses pierres t’empêchent d’avancer ?» L’homme, me regardant tout juste du coin de l’œil, occupé qu’il était. Il répondit avec orgueil : «des fautes, j’en ai commis aucunes, mais des peines, oui, et je les assume. Souvent, des tristesses m’ont beaucoup accablées, ses pierres sont là pour me le rappeler.»
Alors j’ai cru que les hommes devaient porter tout le poids de leur passé pour pouvoir grandir, plus  le chemin de leur vie et ralenti par leur passé, plus ils deviennent forts. Je me souvenais enfin que personnellement, des fautes et des erreurs j’en avais commis aussi. En ignorant ce principe même de la vie, je faisais mon premier faux pas. Donc, je trouvais une pierre et je la ramassais, mesurant du même coup cette faute passée. Ayant eu de la peine pour ces hommes, je devais maintenant porter d’autres pierres pour eux. Et rapidement dans mes bras se sont accumulé toutes les pierres que j’avais oubliées.
Plus tard encore, et marchant lentement, je croisais un vieillard assis sur un rocher. Me regardant passer, le vieil homme me dit en souriant : «Te sens tu mieux, maintenant que tu as vieilli ? Les pierres que tu portes sont de lourds fardeaux. Espères-tu vivre plus longtemps, en fatiguant ton dos ? Personne ne t’a demandé d’oublier tes erreurs, ta tête suffit, n’y met pas ton cœur. Si des peines tu as eu, tu dois en ressortir plus fort et non pas affaibli.» Etonné par ce nouveau jugement, je posais mes pierres. Le vieux avait peut-être raison, je m’assis à ses côtes, et regardais l’horizon. Alors, je découvrais un monde merveilleux, plein de beauté, et je me sentais mieux. Peut être, ces rochers ne m’avaient servi à rien. A part user mon corps, mes bras et mes mains. Libéré maintenant de tous mes tourments, je redécouvrais la vie et ses joies. Occupé que j’étais à transporter mon passé, c’était donc le présent que j’avais oublié ?
Enfin, le vieux se leva et reprit son chemin, puis il se retourna et me dit : «et si de joie, la vie te parait aller trop vite, montes sur un rocher, c’est lui qui t’y invite.»
D’après une fable de Philistin Panger


11 commentaires:


  1. Je crois que j'ai amassé trop de pierres et de rochers, je vais les poser et regarder le présent!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pourquoi ton histoire de Sisyphe m'a fait penser à ceux qui jettent leurs pierres lapidant de pauvres innocentes, de quoi par ce crime s’allègent-ils ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma fable n'a absolument rien à voir avec le problème que tu soulèves, elle parle de ceux qui se rendent eux mêmes la vie pénible en se chargeant de tous les péchés du monde, il me semble que tu n'as pas lu le texte qui est écrit

      Supprimer
  3. coucou Claude
    Je pense que nous traînons tous des pierres où même des rochers car l'humain commait toujours des fautes ! Il faut au bout d'un moment ne plus y penser et avancer plus sereinement,la vie d'un coup devient plus belle .
    Bisous et à l'année prochaine
    MITOU

    RépondreSupprimer
  4. On ne peut pas payer nos erreurs toute notre vie il faut à un moment avancer, ce texte est fait pour réfléchir...
    Marie

    RépondreSupprimer
  5. Il ne faut pas oublier ses erreurs mais il ne sert à rien, non plus, d'en porter le poids toute notre vie ...
    Ce qui est fait est fait, on ne peut rien y changer, il vaut mieux profiter du présent !
    Bonne fin de semaine !
    On va y arriver ...
    Bisoux, claude

    PS : gros problème de connexion : signal quasi inexistant ...

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Claude
    Il faut prendre conscience de tout ce que nous trainons et qui nous empêche parfois d'avancer pour mieux vivre la suite ...
    Merci pour ton texte
    Bonne journée à toi
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Cà donne à réfléchir ... pas toujours facile à laisser derrière soi !
    Belle fin d'année à toi !

    RépondreSupprimer
  8. bonjour claude ,
    malgré ma pause qui se prolonge un peu je ne peux resté insensible a ce texte !!! si vrai!! le regard sur tout le temps passé,est désormais derrière moi, ainsi que celui qu'il me reste devant moi et me porte à réfléchir profondément toute ma plus fidèle et sincère amitié ainsi que pour ma tite marie a bientôt monette

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Claude,
    heureux temps de Noël (liturgique) et plein de bons voeux en cette fin d'année pro la suivante: joie, bonheur, et paix pour les tiens et pour notre triste monde qui en a bien besoin.
    Amitiés. Bisous.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Claude,
    je t'adresse mes meilleurs voeux pour la nouvelle année et surtout une bonne santé..
    Bons baisers

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un commentaire qui n'a aucun rapport avec le texte de mon article, je leur demande d'utiliser le livre d'or en haut à droite du blog, ou si c'est un message particulier, d'utiliser le formulaire de contact juste sous le livre d'or
Je vous remercie de votre compréhension
Claude