mercredi 7 décembre 2016

INDIFFÉRENCE (Relations humaines)


Leurs jambes comme unique monture,
Le vide et le néant, l'avenir au hasard,
Errants sur le chemin de tristes aventures,
Ils s’en vont, haillonneux et hagards.
On les présente odieux et ridicules,
Voir maléfiques et mauvais en effet,
Car ils ont l'air, sur le crépuscule,
D'un mauvais rêve que l'on fait.
Pour fortune une simple guitare,
C'est le prix payé à leur liberté,
Ils nasillent des paroles bizarres,
Chants nostalgiques de révoltés.
Allez donc, vagabonds sans rêves,
Errez donc, funestes et maudits,
Continuez votre marche ou crève,
Sous l'œil fermé de nos paradis!
Voici bientôt la période des fêtes,
Les pauvres ne feront pas de bruit,
Chez nous, personne ne fera la tête,
Eux ne pousseront pas même un cri.
Ils n’oseront jamais vous l’avouer,
Mais de cela, ils en ont un peu honte,
Que leur vie ait vraiment échouée,
Est-ce leur faute ou celle du monde ?
Ils ne se plaignent pas du froid,
Pourtant ils manquent de chaleur,
Ce serait étonnant qu’on les voit,
Un soir, dans les restos du cœur.
Et quand l’hiver sera passé,
La nature à l'homme s'allie,
Pour châtier sans se presser,
Leur orgueilleuse mélancolie,
Les juin brûlent et gèlent les décembre,
Meurtrissant leur chair jusqu'aux os,
Et la fièvre envahit tous leurs membres,
Qui se déchirent comme des roseaux.
Personne ne les voit,
Tous les repoussent et ça me navre,
On parlera de la loi,
En trouvant sous un carton un cadavre.
Vagabonds, sans domicile il faut sortir,
Pour aller regarder leur misère,
N’allez pas craindre de vomir,
Il faut les sortir de cette ornière.
Lorsqu’enfin vous aurez vu leur galère,
Vous ne mangerez plus comme hier.


19 commentaires:

  1. Surtout ne pas les mépriser, même un petit sourire leur fait chaud au coeur.
    Bon mercredi, dans la douceur ... d'un rhume qui s'achève ...
    Bisoux, claude

    RépondreSupprimer
  2. coucou claude
    moi de voir ça sa me brise le cœur
    je fais de mon mieux pour des gens comme ça
    passe une bonne journée avec ta princesse
    gros bisous a vous deux

    RépondreSupprimer
  3. Une personne sur deux pense que si un sans-abri n'arrive pas à s'en sortir, c'est de sa faute. Sans doute parce qu'ils n'ont jamais été confrontés eux-même à la rue. Les causes de mortalité des personnes les plus défavorisées sont multiples.. En 2016 l'indifférence tue toujours....
    Marie

    RépondreSupprimer
  4. coucou Claude
    C'est triste de voir à notre époque et de plus en plus de gens dans la rue .
    Il y a aussi ce que l'on ne voit pas mais qui sont également dans la misère
    tous ceux qui simplement n'ont pas assez de revenus pour vivre dignement,des jeunes
    mais aussi des retraités qui malgré le travail de toute une vie ne peuvent y arriver !
    Et c'est toujours à l'approche de l'hiver que l'on commence à en parler . . . .
    Comme si à la belle saison la misère n'existait pas !!
    Bisous et bonne journée
    MITOU

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Claude
    On parle de generosité ...alors c'est là qu'il faudrait le prouver par des actes precis !
    Merci pour ton très beau texte
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. J'ai bien peur qu'il y aura de plus en plus de gens dans le besoin ...
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Claude,
    ton poème est émouvant, que de malheureux dans ce monde...Si chacun donnait quelque chose il y aurait peut-être moins de personnes qui mourraient de froid et de faim sans abri.
    Bon mercredi, bons baisers

    RépondreSupprimer
  8. Après avoir lu ton poème, une envie de te chanter:

    Love de J-C Gianadda

    Love, c'était son nom
    Love, un vagabond
    Qui vivait de soleil
    D'espace et de chansons


    Il est venu chez nous
    Guitare en bandoulière
    Venant dont ne sait où
    Il parcourait la terre
    Et dans ses longs cheveux
    Le vent semblait chanter
    Tout au fond de ses yeux
    Dansait la liberté.




    Il écoutait le vent
    Les fleurs et les rivières
    Jouait comme une enfant
    Parlait de la lumière
    Il partageait ses rires
    Ses rêves et ses projets
    Et dans chaque sourire
    Dansait la liberté.



    Il est parti un jour
    Nul ne sait où il est
    Au pays de l'amour
    Tu peux le rencontrer
    Et dans notre maison
    Il nous aura laissé
    Avec quelques chansons
    Un peu de liberté.

    RépondreSupprimer
  9. moi cela me fait toujours mal de voir des personnes sans abri, et maintenant avec des enfants - ce que je fais en début d'hiver, je leur donne un duvet ou une couverture, première chose très utile - (avec mes petits moyens) amitiés à vous deux Mamy Annick

    RépondreSupprimer
  10. bonjour claude
    amère réalité aussi c'est l'absence de l'humanité!
    et l'indifférence de ce ceux qui ont le pouvoir entier!! un coup de gueule qu'on a tous besoin de sortir parfois ! . ça fait mal au cœur de savoir tellement de gens dans la misère la plus totale,tous et toutes démunis, souffrant dans leur chair et leur âme!! et si l' Abbé Pierre revenait sur terre, il aurait tout à reconstruire.... quand prendra fin toute cette misère....??? quand ???? toute ma plus sincère amitiée monette

    RépondreSupprimer
  11. Tu imagines combien ton beau poème a touché Manouche...

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Claude
    Une magnifique poésie et un tube pour illustré ton image que j'ai beaucoup aimer j'ai mis une création il n'y a pas très longtemps avec ce petit vieux et son chien que j'ai adoré
    amitié Claude et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  13. Quelque chose me dit que si Jean Ferrat était encore là, il aurait pu en faire une chanson.
    Merci pour ces beaux poèmes.
    Bonne soirée
    Amitié Claude
    Hugues

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Claude

    Je salue sincèrement ici ton merveilleux plaidoyer pour les sans abris, ceux qui vivent dans la rue et en cette période dans le froid, dans l'indifférence totale.
    Merci à toi !

    Bien amicalement
    Paula

    RépondreSupprimer
  15. bonjour claude
    loin d'être indifférente a ton article si vrai , je reviens te relire et les larmes montent eh oui, le malheur des uns engraisse le portefeuille des autres. c'est notre monde d'aujourd'hui moi quand je croise ces pauvres gens leurs visage qui nous supplie ça me met franchement mal a l'aise beaucoup les jugent comme fainéants et les méprise et pourtant personne est à l'abri ??, mais il existe encore des gens qui se préoccupent de la misère. un grand bravo, d'ailleurs à ceux qui se mobilisent pour ces causes. un grand respect!!! mes amitiés!!! et bonne journée claude monette

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Claude
    Quel crie du coeur , ton coeur si généreux , oui tu as raison , la misère que l'on voit à l'extérieur est immense et beaucoup détourne la tête ce que je trouve intolérable, tu sais ma fille sur Dijon a fait partie longtemps partie du Samu sociale quand elle me racontait ce que à quoi elle était confronté certaine nuit mon coeur saignait , je crois que c'est pour cela que son fils a choisi le métier de pompier , il a vu sa mère se battre contre cette misère , ce qu'elle fait encore mais moins intensément sa santé ne lui permettant plus
    Oui incitons les gens à avoir encore un peu de coeur à tout simplement tendre la main
    Bonne journée Claude
    Bisous Hélène

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Claude,
    une deuxième lecture ne fait pas de mal.. Tout ce que tu dis est vrai..
    Bonne journée, bons baisers

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Claude
    c'est sous cette belle poésie que je dépose mon petit message
    pour te souhaiter une douce journée avec amitié
    Marlène

    RépondreSupprimer
  19. Chacun chez nous dans notre petite vie et ces pauvres gens si malheureux c'est vrai qu'il faut le dénoncer, le voir, le comprendre, on se sent très impuissants...

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un commentaire qui n'a aucun rapport avec le texte de mon article, je leur demande d'utiliser le livre d'or en haut à droite du blog, ou si c'est un message particulier, d'utiliser le formulaire de contact juste sous le livre d'or
Je vous remercie de votre compréhension
Claude