lundi 28 novembre 2016

DONNER (Fraternité)


Vous me dites, Monsieur, que j'ai bien mauvaise mine,
Qu'avec la vie que je mène, doucement je me ruine,
Que je ne gagne rien à trop me disperser,
Et vous me dites enfin que je semble fatigué.
Oui je suis fatigué, et sachez que je m’en flatte,
J’ai tout de fatigué, le foie, le cœur et même la rate,
Je m'endors épuisé, je me réveille plus las,
Mais j’avoue, Monsieur, je ne m'en soucie pas.
On n'est jamais aussi fatigué qu'on le croit !
Et quand cela serait, n'en a-t-on pas le droit ?
Il faut s’être senti plier, sous le poids formidable,
Des vies dont un beau jour, on s'est fait responsable,
Savoir qu'on a des joies ou des pleurs dans ses mains,
Savoir qu'on est l'outil, l’espoir d’un autre demain,
Savoir qu'on est la tête, savoir qu'on est la source,
Aider une autre existence à poursuivre sa course,
Et pour cela se battre à s'en casser le cœur,
Cette fatigue-là, c'est rien que du bonheur.
Et sûr qu'à chaque pas, à chaque assaut qu'on livre,
On va aider quelqu’un à vivre ou à survivre,
C’est sûr qu'on est le port et la route et le quai,
Où prendrait-on le droit d'être trop fatigué ?
Celui qui fait de sa vie une si belle aventure,
Marquant chaque victoire, en creux, sur sa figure,
Et quand la vie vient y mettre un creux de plus,
Parmi tant d'autres creux ça passe inaperçu.
La fatigue, Monsieur, c'est un prix toujours juste,
C'est le prix d'une journée d'efforts et de luttes,
C'est le prix d'un labeur, d'un rien ou d'un exploit,
Non pas le prix qu'on paie, mais celui qu'on reçoit.
C'est le prix d'un travail, d'une journée bien remplie,
C'est la preuve, Monsieur, qu'on marche avec la vie.
Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,
J'écoute mes sommeils, et là, je me sens fort,
Je me sens transformé par mon humble souffrance,
Et ma fatigue alors est comme une récompense.
Et vous me conseillez de courir me reposer !
Mais si j’acceptais là, ce que vous me proposez,
Si je m’abandonnais à votre douce intrigue,
Je mourrais, Monsieur, tristement, de fatigue.

D’après un texte de Robert Lamoureux




17 commentaires:

  1. la fatigue il y a la mauvaise et la bonne, celle qui nous est imposée n'a pas le même poids que celle que nous choisissons de connaître, il y a donc celle qui enfonce et celle qui élève, mais à t'on le choix, bon je vais allez me reposer après ce beau texte.
    Marie

    RépondreSupprimer
  2. Très beau texte !
    Suis aussi fatiguée, mais d'une saine fatigue.
    Celle qui te permet de dormir du sommeil du juste ! lolll
    Bon mardi, avec le froid qui est arrivé, accompagné d'un vent glacé.
    -3° à 4 heures et ... ça baisse encore.
    Bisoux, claude


    PS : Ekla déconne encore ... grrrr

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Claude
    Je comprends bien ce texte , car pour certaines personnes s'arreter c'est mourir un peu ..
    Merci pour ce partage Claude
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. coucou Claude
    Mon dieu que c'est beau et que c'est bien écrit
    quel beau message de solidarité
    Bisous et bonne journée
    MITOU

    RépondreSupprimer
  5. On est pas pressés d’atteindre le repos éternel !

    RépondreSupprimer
  6. Très beau ce texte !chez certains le mot fatigue revient pour trois fois rien ...
    Belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour
    merci de ce beau texte
    on se sent moins fatigué eh eh eh

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Claude
    Bravo pour cette poésie , pas facile à tourner ce que tu as très bien fait , la fatigue chez certain n'est qu'un prétexte pour ne rien faire .....
    C'est toi qui a fait ce portrait? tu n'as rien à m'envier crois moi ! j'ai fais plusieurs expositions il y a quelques années , j'ai même participé à Arts et Vin dans un domaine viticole du Var , mais depuis que je suis à Dijon je ne peints presque plus , j'ai finit un tableau que j'avais commencé dans le sud c'est tout . Je dois dire que mon mari m'encourageait beaucoup et que quand il était malade c'était pour moi une source d'apaisement Peut-être ça reviendra !!
    Bonne journée Claude
    Bisous Hélène

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Claude,
    merci pour ce beau texte, voici une juste fatigue, cet homme est fatigué parce qu'il se donne à font pour aider ses proches.. Quel bel exemple à suivre.
    Bon mardi, bons baisers

    RépondreSupprimer
  10. coucou claude
    il est super ton poème et vrais en plus
    la fin est triste
    c est la vie aussi
    gros bisous a toi et ta princesse
    bien tu sais claude je vais l avoir mon poème pour noël hiiiiiiiiii par ma petite marie
    dany

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Claude,
    Une nouvelle fois en panne d'internet, j'ai lu en retard tes poèmes sans me lasser... Je viens de chez dom, et j'ai beaucoup ri avec ton com illustré d'une jolie secrétaire au cul nu !
    Amicalement
    Hugues

    RépondreSupprimer

  12. Etre fatiguée après une vie bien remplie est un bonheur et un espoir pour ceux qui nous côtoient...Ma grand-mère disait c'est de "la bonne fatigue"...
    Mais quand la fatigue vient de la maladie c'est difficile à accepter!

    ***

    Bravo pour ton texte et l'illustration

    ****

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Claude
    mince,j'ai fait un com et il as disparu..y'a du avoir du vent,dans mon ordi....lol
    une bonne fatigue pour aider son prochain,waouh,quel bonheur
    C'est important d'aider autrui,car en même temps,on s'aide soi même,et surtout aider est un acte d'Amour...Hein,qu'il faut s'entraider,sans avoir de regrets,ni faire de reproches,car sinon autant ne rien faire.Toujours le faire avec l'élan du coeur.Allez,je vais foire un café chez Marie,na!!!

    RépondreSupprimer
  14. je vais boire(et non foire)...c'est pas le moment de la foire d'ailleurs

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Claude
    Un bien joli poème encore une fois, des phrases qui dit bien ce qu'est la société d'aujourd'hui . je suis désolée pour hier mais des problème de blogs j'ai du arrêter
    douce journée
    amitié
    Marlène

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Claude,
    est-ce toi qui a dessiné ce visage buriné par le temps..
    Bon mercredi, bons baisers

    RépondreSupprimer
  17. qu'importe le regard de celui qui ne te connait pas ?

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un commentaire qui n'a aucun rapport avec le texte de mon article, je leur demande d'utiliser le livre d'or en haut à droite du blog, ou si c'est un message particulier, d'utiliser le formulaire de contact juste sous le livre d'or
Je vous remercie de votre compréhension
Claude