jeudi 8 septembre 2016

LE PAYSAN



Je me souviens de lui, comme si c’était hier,
Son visage buriné, sillonné par les ans,
Ses mains rudes et solides qui travaillaient la terre,
La pipe qu’il fumait en rêvant sur un banc.
Les pieds dans des sabots de l’aube à la nuit,
Tirer de l’eau au puits, pour abreuver les chevaux,
Un labeur harassant pour occuper sa vie,
A la tombée du jour, ramener le troupeau,
Il faut traire les bêtes une heure avant l’aurore,
Porter le lait, les œufs, jusqu’au village voisin,
Aller voir la basse-cour, si les œufs vont éclore,
Jeter le bois au four, voir la pâte au pétrin.
Je me souviens aussi de la forge brûlante,
L’enclume résonnant sous les coups de marteau,
Les naseaux exhalant une haleine fumante,
De la bête attendant qu’on lui ferre un sabot.
Et cette douce odeur de la paille et du foin,
De la soupe avalée sur le coin d’une table,
Une vache qui vêle, une poule comme témoin,
Dans la douce chaleur qui règne à l’étable.
Quand l’hiver se prolonge en frissons obstinés,
Quand la bise rugit, que la neige s’étend,
Se lever avant l’aube, pour une dure journée,
Il ne se plaignait pas, le rude paysan.
La messe du dimanche, son unique passe-temps,
Où il pouvait enfin, sous la voûte de bois,
Tandis que s’élevaient, les prières et les chants,
Somnoler, doucement, à l’ombre de la croix.

Claude Lepenseur le 05 janvier 2013
Texte non libre de droit

9 commentaires:

  1. Bonjour Claude
    un bel hommage à ces paysans,
    sans oublier qu'ils n'avaient pas de machine,je me souviens a Manosque,j'allais chercher du lait dans un pot,un délice d'ailleurs,on le faisait bouillir,une crème se faisait que j'adorais,puis on aller chercher les fromages de chèvre chez Joe.Arlette,dans une ferme ou tout me sembler à l'époque liberté...
    belle journée

    RépondreSupprimer
  2. coucou claude
    je trouve qu ils avait une vie dur
    passe une très bonne journée avec ta princesse
    gros bisous a vous deux
    dany

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Claude
    Une merveilleuse description de ce paysan à la tache, Je le vois à travers tes mots.
    termes très bien choisis pour un très bel hommage.
    Je te souhaite une belle journée
    Amicalement
    Paula

    RépondreSupprimer
  4. Une autre vie ....
    Bon week end !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Claude, un bel hommage rendu aux paysans d'il y a quelques années lorsqu'il n'y avait pas encore de machines.. Leur vie était rude...
    Pour mes articles sur les plantes, j'ai un livre qui s'intitule ; Secrets et vertus des plantes médicinales.. Il est très complets et écrit par des scientifiques...
    Bonne fin de semaine, bons baisers

    RépondreSupprimer
  6. Je t souhaite une belle journée ainsi qu'à Marie

    RépondreSupprimer
  7. lambinettedestmande10 septembre 2016 à 11:54

    bonjour Claude
    j'adore ton écrit sur les paysans, j'y revois un de mes grands pères, et le soir quand j'allais chez eux pour les vacances on s'asseyait sur la marche de l'entrée et il me montrait la grande ourse, il aimait regarder les étoiles.....merci pour ton écrit qui m'a donné les larmes aux yeux de bonheur.....bisous

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Claude,
    tu as un réel talent de poète, ça m'émeut à chaque fois tes vers si vrais et si joliment écrits.
    Car j'ai connu ce temps, déjà dans mon enfance et même plus tard dans les années 80 en allant dans le chinonnais (pour le travail) il y avait un village où un paysan poussait encore son araire tractée par un cheval. Puis il fallut agrandir la route et son champ disparut!
    E lorsque petite j'allais à l'école à Longjumeau (20km de paris) je déposais mon pot à lait le matin et le retrouvais le soir plein avec du lait frais pour le lendemain matin, parfois j'achetais du fromage blanc, la fermière y pestait une louche de crème par dessus, c'était miam!
    Bon dimanche Claude et bise.
    PS: lors de mes séjours chez des cousins fermiers en wallonie, le dimanche pin voyait plus d'hommes au bistro qu'à la messe!
    Mes enfants (ma fille aînée habite Quinçay, mais les enfants au collège sont à Poitiers. Au début de leur mariage ils étaient dans une rue qui donnait sur le parc Blosssac à l'arrière, jardin d'abord et parc après. Rue de la Tranchée je crois?

    RépondreSupprimer
  9. Très bel hommage que tu fais à travers ce portrait à tous les hommes qui ont travaillé si durement et la terre et leurs élevages !!!
    C'est un grand plaisir de te lire une fois encore !!!
    Bon dimanche !!!

    RépondreSupprimer

Aux personnes qui désirent me laisser un commentaire qui n'a aucun rapport avec le texte de mon article, je leur demande d'utiliser le livre d'or en haut à droite du blog, ou si c'est un message particulier, d'utiliser le formulaire de contact juste sous le livre d'or
Je vous remercie de votre compréhension
Claude